mercredi 12 juin 2013

Une belle tribune à propos de l'affaire Spyker-GM-Saab [FR]

Un bel article à lire dans le journal La tribune à propos du rejet par la justice américaine de la plainte de Spyker contre GM


Saab est-il mort une deuxième fois? Un tribunal américain a rejeté en effet la plainte déposée en août dernier par les constructeurs néerlandais Spyker et suédois Saab contre General Motors. Ceux-ci accusaient le mastodonte américain d'avoir délibérément entraîné la faillite de la fameuse firme automobile de Trollhättan, ont annoncé les deux plaignants ce mardi. Le tribunal du Michigan a "tranché en faveur du défendeur GM", écrit Spyker, la marque de voitures de sport qui avait repris Saab à GM en 2010. Spyker indique qu'il va analyser la décision du tribunal avant de décider de faire appel ou pas.

Mise en faillite

La plainte affirmait que GM avait "interféré de manière délictuelle" dans un projet de transaction ", qui aurait permis à Saab de se restructurer et de rester solvable", car il voulait pouvoir "dominer le marché chinois" sur lequel le consortium de Detroit est le numéro un. Les deux sociétés réclamaient 3 milliards de dollars (2,4 milliards d'euros) en dommages et intérêts à GM qui, assuraient-ils, avait bloqué un accord entre Saab et des groupes chinois. GM a refuté en bloc ces accusations. Pour le groupe américain, "Saab (lui) avait octroyé un droit contractuel de donner ou pas son accord à la transaction proposée". Saab ss'est déclaré en faillite le 19 décembre 2011, après qu'une tentative de lever des fonds en Chine avait été contrariée par General Motors.

Marque emblématique


Né en 1937 pour construire des avions, Saab a créé une branche automobile juste après la guerre. Reconnu pour l'originalité et l'innovation technique de ses véhicules, Saab a eu son heure de gloire dans les années 80 avec la fameuse 900 Turbo, une sportive "chic", la première berline turbo à seize soupapes du monde, qui a donné naissance à une version cabriolet très recherchée aujourd'hui par les collectionneurs. La 900 aux lignes originales, dérivée de la 99 de la fin des années 60, a notamment beaucoup plu sur la Côte est américaine, où elle est devenue la voiture des professeurs et professions libérales de la Nouvelle-Angleterre. Las. Après des coopérations techniques avec le groupe Fiat (Saab 9000), la famille Wallemberg décide en 1990 de se séparer de la branche automobile du groupe Saab-Scania (camions). GM en reprend alors la moitié, puis la totalité.

Manque d'investissements

Mais, le groupe de Detroit n'investit pas assez, mène une stratégie médiocre, affuble le pauvre constructeur des médiocres plates-formes et moteurs diesel peu fiables d'origine Opel, la branche allemande de l'américain. Pis, GM rebaptise un 4x4 Chevrolet Trail-Blazer en lui mettant un logo Saab. Catastrophique pour l'image! [quelques raccourcis ici tout de même... les plate-formes étaient largement améliorées par Saab et les motorisations diesel d'origine Fiat et adaptées par Saab se sont avérées très fiables et performantes] Du coup, les ventes n'ont jamais pu s'élever durablement au-dessus de la barre fatidique des 120.000 unités. La firme a en conséquence perdu de l'argent quasi-constamment. Lors de sa mise sous protection du Chapitre XI (loi américaine sur les faillites) en 2009, GM a alors liquidé purement et simplement Saab. Sans état d'âme. Sauvé in extremis par Victor Muller, constructeur (confidentiel) des voitures de luxe néerlandaises Spyker, Saab n'a toutefois jamais vraiment redémarré depuis, toujours aux prises avec des problèmes de liquidités.

Arrêt de production en avril 2011

Victor Muller s'est démené pour trouver un accord afin de sauver Saab, principalement auprès de deux groupes chinois, le constructeur Youngman et le distributeur Pang Da. Un accord a été finalement trouvé. Mais, General Motors a répété à plusieurs reprises qu'il s'opposerait au nécessaire transfert de brevets technologiques qu'il détenait aux entreprises chinoises. Du coup, la transaction n'a pas eu lieu. Décidément, GM aura vraiment enterré Saab ! Comme il a été incapable de gérer ses alliances avec les japonais Isuzu, Suzuki, Fuji Heavy (Subaru). Son divorce avec l'italien Fiat au milieu des années 2000 lui a même coûté 1,5 milliard d'euros... (lire la suite sur La Tribune)
Merci à Saabvabien pour le lien ;)

Aucun commentaire :

Publier un commentaire